Tag Dette

Tag Dette

Quelles sont les marges de manœuvre économiques ?

Étiquettes : , COVID Impacts
featured image

Article publié le 14 mai 2020, mis à jour le 10 juin

Malgré l’alignement favorable de planètes du quinquennat Hollande (dévaluation de l’euro favorisant notamment le tourisme en provenance des USA, baisse historique du prix du baril de pétrole et taux d’emprunt, lui aussi, historiquement bas), la France n’a pas su réduire ses dépenses, bien au contraire !

Quelques rappels

En 2019, les dépenses publiques (Social + Régalien) représentent 57% du PIB (contre 44 en Allemagne), soit 280 Mds de trop, avec 8,7 % de chômage.

La seule mesure du CICE lancée en 2013, à coûté 100 Mds pour un résultat de 130 000 emplois créés. Pour les entreprises, les règles qui permettaient d’en bénéficier peuvent se résumer très simplement : tout était en effet possible, sauf d’augmenter les dividendes et le salaire des dirigeants. Dans la réalité, le salaire des cadres des entreprises qui en ont bénéficié a augmenté de 10%. Qui plus est, les fonds accordés au CIR (Crédit d’Impôt pour la Recherche) sont versés sans le moindre regard sur leur utilisation.

Résultat : la France prend place sur le podium du classement mondial de la fiscalité. Seuls le Danemark et la Finlande atteignent un niveau comparable, mais avec un service public et social dont les habitants sont satisfaits. C’est là où le bât blesse : malgré une fiscalité record, les services publics se dégradent au fil des années qui passent : “l’exception Française” dans toute sa splendeur !

Aperçu du rapport 2020 de la cour des comptes …

La situation en mai 2020

Rumeurs ? Propos pessimistes ? Voici un exemple concret de la réalité :

Le montant des fraudes aux prestations sociales explose !

Soit 45 Mds de fraudes sur 450 Mds de prestations sociales versées par an !

Jusqu’où pourrons-nous continuer ?

C’est dans ce contexte de gestion catastrophique du système de prestations sociales que survient la crise du covid, juste après un an de crise sociale. Mais … à bras cadabra … on débloque 115 Mds !!!

D’où viennent tous ces milliards ?

Ces mesures permettront bien entendu de palier à un certain nombre de situations, mais pas pour tout le monde d’une part (les faillites s’enchaînent) et avec l’effet de l’argent magique qui tombe du ciel d’autre part. La courbe du chômage n’est pas prête de s’inverser, avec des services publics exsangues. L’alignement des planètes a tourné !

De plus, si les experts s’accordent sur le fait qu’il faudra rembourser ces emprunts tôt ou tard, la recherche des moyens n’est pas à l’ordre du jour. La stratégie qui semble se profiler ressemble plus à celle de nouvelles manières d’augmenter les impôts, autrement dit de poursuivre la fuite en avant. Pourtant l’endettement sans limite rend cette hypothèse de plus en plus incertaine, même si le remboursement s’étale sur plusieurs générations, avec un taux qui reste très bas …

Pour l’heure, il est beaucoup plus probable que les précarités révélées par les Gilets jaunes en 2019 reprennent … avec encore plus d’ampleur. Notamment avec des petits entrepreneurs, des agriculteurs, des soignants, sans parler des forces de l’ordre et de tous ceux qui n’auront pas retrouvé d’emploi en septembre… Alors que faire ?

Vers un revenu universel ?

Cette situation résulte des choix économiques et politiques qui ont été faits depuis plusieurs décennies. Nombreux sont les lanceurs d’alertes et les signaux ne manquent pas. Mais encore faut-il avoir le courage de les regarder, de les entendre. Autre paradoxe : les réformes pourtant n’ont pas manqué. Mais avec l’art parfaitement maîtrisé de modifier la forme sans trop remuer le fond. En attendant, est-ce vraiment raisonnable de continuer ainsi à nous endetter sans fin, avec qui plus est, des nouvelles technologies qui font disparaître, quoi qu’on en dise, plus de métiers qu’elles n’en créent ?

La dette publique en France actualisée en temps réel

L’exception Française est en fait devenue un véritable cercle vicieux qui va de pair avec une réglementation qui ne cesse de s’épaissir, à tel point de devenir dissuasive dans la création et le développement des entreprises …

Il existe encore malgré tout des fonds (voir le lien ci-dessous), mais sous perfusion d’emprunts tant que les créanciers auront confiance en la capacité de l’état Français à prélever des impôts : ça sent la gaz !

Coût des aides sociales en France

Alors, ne serait-il pas temps d’envisager la mise en place d’un Revenu Universel ? Cette solution, sous condition d’un revenu maximal par exemple, devrait en effet pouvoir remplacer progressivement l’ensemble des aides sociales actuelles, avec une réévaluation du SMIC, indispensable pour endiguer le système d’assistanat difficile à reconnaître, mais très largement accepté d’une part et générateur d’une multitude d’activités parallèles qui prolifèrent d’autre part. Elle aurait de plus l’avantage d’une gestion simplifiée permettant l’organisation de contrôles réguliers afin de vérifier si les conditions de perception sont réellement respectées.

En résumé : le besoin, la nécessité, l’urgence d’une gestion simple, claire, plus équitable, mieux répartie, de façon à rétablir un système social digne de ce nom tout en réduisant la fiscalité afin d’inciter et de favoriser l’entreprise dans un pays qui regorge d’atouts trop souvent exploités et développés ailleurs