Author Jules RENARD

Author Jules RENARD

Saurons-nous saisir les opportunités ?

Étiquettes : , COVID-19
featured image

La crise du covid-19 a révélé de nombreuses failles, aussi bien dans les lourdeurs administratives de nos institutions, notre dépendance vis à vis de ressources essentielles, etc.

En ce début de dé-confinement, ces failles ne pourront que s’amplifier avec une crise économique déjà engagée, si l’analyse de ces failles se résume à des querelles politiciennes qui ne manqueront pas de resurgir. Avec l’horizon 2022, c’est inévitable puisqu’elles ne manqueront pas d’alimenter copieusement l’argumentation des oppositions diverses. Le refrain est archi connu, toujours promu par la quête du pouvoir avec des listes de promesses aussi alléchantes qu’inappliquées ensuite …

Pourtant, de nombreuses initiatives ont émergé avec bon sens et pragmatisme afin de gérer concrètement les situations sur le terrain. Nombreuses également sont celles qui ont été saluées en reconnaissant qu’elles mériteraient de perdurer.

Alors, n’est-ce pas une occasion unique qui se présente pour prendre un peu de recul, afin de fixer un cap permettant d’envisager l’avenir avec espoir, plutôt que de reprendre la sempiternelle course en avant ? Auquel cas, qu’elle qu’en soit la nature : politique, économique, sanitaire ou sociale car tout est lié, la prochaine crise ne saurait se faire attendre …

L’Intelligence Artificielle peut être mise à contribution dans de nombreux domaines, mais elle doit faire l’objet d’explications et de concertations car elle peut vite dériver (c’est déjà le cas) sur la compromission de nombreuses libertés en l’absence d’un minimum d’éthique. Il existe pourtant de très nombreuses pistes qui s’offrent à nous, en commençant par celles qui se sont quasiment imposées :

  • Le télétravail étant donné les limitations déplacements

  • La remise en état du système sanitaire

  • La revalorisation des métiers essentiels

Le télétravail

Cette façon de travailler existe de puis le début des années 2000, avec l’arrivée des connexions rapides ADSL. Elle est parfaitement adaptée aux métiers reposant sur l’utilisation intensive d’un ordinateur de manière sédentaire. Pourtant, peu d’entreprises on fait ce choix, le plus souvent en raison de décideurs hiérarchiques au profil “petit chef” qui se sent menacé de perte d’autorité, avec les arguments de type : manque de contrôle, temps de travail invisible, risque d’isolement, etc. La réalité de cette solution est pourtant à l’opposé et va même bien plus loin. Il en effet très facile de voir si un utilisateur est efficace si on raisonne en objectifs et non pas en temps de présence. Est-on vraiment productif dans les transports ?

Le temps de trajet moyen augmente régulièrement

De même, l’argument de l’isolement est tout aussi infondé car les outils de réunion en lignes autorisent aujourd’hui une véritable productivité d’une part et que cela n’empêche absolument pas de prévoir des temps de présence lorsque c’est nécessaire. De plus, il n’est pas rare que des employés situés dans un même couloir communiquent uniquement par e-mail ou par téléphone. Autre argument non négligeable en faveur du télétravail : un potentiel significatif de gain de coûts de loyer, avec des espaces plus petits mais mieux aménagés.

Les horaires

Lorsque la présence en entreprise est nécessaire, est-il vraiment utile de planifier toutes les arrivées entre 8 et 9H00 le matin et les départs autour de 17h30 le soir ? Il ne s’agit pas d’organiser des roulements déjà en place dans nombreux secteurs d’activités industriels, ni même de généraliser le système de pointeuse déjà présent lui aussi depuis longtemps dans la plupart des grandes entreprises, mais de laisser plus de souplesse dans les horaires afin d’étaler les flux de déplacements dans la journée. La démarche est similaire : il s’agit de raisonner avec des objectifs dans les tâches à accomplir et non pas en temps de présence dans une plage horaire fixée.

Nos habitudes de consommation

En dehors de la consommation d’alcool et de tabac qui est soumis à quelques réglementations, elles ne peuvent pas être dictées par le gouvernement dont l’économie en dépend, avec toutes les taxes associées, notamment sur le carburant. Or, il se trouve que cette période de confinement a été l’occasion de réaliser que beaucoup de choses essentielles, avec de véritables relations humaines, peuvent être réalisées avec un peu de temps, que beaucoup d’endroits en France sont magnifiques, etc. Alors, avec ce laps de temps propice à la prise de recul et à la réflexion, quelques questions méritent d’être posées. Par exemple, est-il encore raisonnable de :

  • Prendre l’avion pour un Week-end ?
  • De prendre l’option de livraison en 24H00 chez Amazon ?
  • D’acheter systématiquement le dernier iPhone ?
  • De consommer des fruits et légumes hors saison toute l’année ?
  • De consommer des boissons conditionnées dans des bouteilles en plastique ? Une tasse laissée au bureau permet par exemple d’éviter les gobelets en plastique pour la café.
  • Sans même parler de devenir Vegan, de manger de la viande rouge tous les jours ? Il n’est pourtant pas très difficile de réduire progressivement ce type de consommation, en la remplaçant avec de la viande de volaille de bonne qualité et des quantités de plus en plus petites …
  • De penser recyclage plutôt que jetable ?

Plus basiquement encore : est-ce raisonnable de :

  • Sans même parler de Vegan, de manger de la viande rouge tous les jours ?
  • D’accélérer d’un feu rouge à un autre ?
  • De s’engager dans un carrefour en cas de bouchon quelques mètres plus loin, si on bloque les voies transverses ?

Privilégier les circuits courts

Toujours en raison des limitations de déplacements qui se sont imposées, nombreux sont ceux qui ont découvert les produits frais d’excellente qualité proposés par les petits producteurs, toujours prêts à répondre aux attentes malgré les contraintes. En métropole, c’est bien entendu plus difficile à réaliser, mais les circuits d’approvisionnement peuvent se raccourcir si la demande de ces produits s’exprime suffisamment, d’autant que la suppression des intermédiaires permet d’améliorer la rémunération des producteurs, sans nécessairement impacter le coût d’achat.
Dans le même esprit, de nombreux pays ont commencé à créer des monnaies locales, parallèles aux monnaies officielles, afin de privilégier et favoriser les échanges commerciaux locaux, avec des frais de gestion réduits.

Revaloriser les métiers essentiels, notamment l’artisanat

Le sujet est vaste, tellement vaste puisqu’il prend ses racines dans l’éducation nationale. Force est de constater que la plupart des réformes, quel que soit le gouvernement en place, se font sur la forme et non pas sur le fond. Ne faudrait-il pas, pour commencer, repartir des fondamentaux, avec le pragmatisme du terrain, inconcevable par nos gouvernants, en développement les marchés, de taille réduite mais plus fréquents, non seulement alimentaires afin de mettre en valeur les agriculteurs et les petits producteurs, mais aussi les artisans par domaines tels que l’habitat notamment avec les solutions d’isolation et de sources d’énergies mieux contrôlées, l’ameublement, la cosmétique à base de produits naturels, etc. Il existe déjà de nombreux de salons-expositions sur ces thèmes en périphérie des métropoles, mais dont la taille et l’accès ne favorise guère la découverte de tous les exposants et encore moins de leur travail.

En résumé : vivre mieux avec moins, penser qualité et non pas quantité, retrouver le temps de faire les choses réelles, …

Comment en est-on arrivé là ?

COVID-19
featured image

Les mesures prises pour faire face à la crise du coronavirus en France révèlent quelques lourdeurs administratives. Fin 2019, la France est pourtant sur de nombreux podiums : l’un des meilleurs système social, éducatif, culturel … du monde ! Par conséquent, quoi de plus normal qu’elle soit aussi sur les premières marches du podium de la fiscalité ?

Cette crise inattendue brise brutalement les apparences et ramène à la réalité : celle de la désindustrialisation et de l’augmentation ininterrompue de la dépense publique depuis 1981. Rappelons en effet que Mitterand a augmenté le nombre de fonctionnaires de 500 000 pour réduire le chômage, inspirant Chirac quelques années plus tard, qui poussera le score à 800 000 !

Augmentation du nombre de fonctionnaires depuis Mitterand

C’est tout le paradoxe : “l’exception Française” dit-on généralement. Avec ce modèle social pharamineux, les français ne sont pas heureux. Au lieu de développer le potentiel du pays qui n’en manque pas, ce modèle incite plutôt à la prudence plutôt qu’à l’innovation, généralement développée ailleurs.

Exemple de paradoxe

Le phénomène se poursuit …

Toujours plus de fonctionnaires …

… jusqu’à ce qu’il devienne de moins en moins supportable comme l’a montré le mouvement des Gilets jaunes qui tentent de se faire entendre, avec toutes les maladresses de simples citoyens cherchant à exprimer leur désespoir en dehors de toute institution …

Mais pas seulement :

Des centaines de territoires perdus …

Ce paradoxe unique peut donc se résumer par un déni de réalité qui a plongé la France dans cette crise qui devrait obliger à la concertation, avec un choix clairement énoncé par Pierre-Yves Scheer dans cet article : celui de la poursuite inexorable de ce déni sous couvert de discours idéologiques ou à une prise de conscience salutaire permettant de fixer un cap suivi de prises de décisions … Mais y-a-il encore un pilote dans l’avion ?

Comment en est-on arrivé là ?

Décrochages en perspectives ?

Étiquettes : A la UNE, COVID Impacts, COVID-19
featured image

On entend parler des décrochages scolaires, qui vont inévitablement s’accentuer, mais qu’en est-il du nombre de faillites qui ne cesse de croître ?

Mais cette crise survient après une année de tourmente avec le mouvement des Gilets jaunes, dont les causes ont été étouffées alors qu’elles subsistent, sans parler de la réforme des Retraites …

Alors, ne faut-il pas craindre en regain de mouvements encore plus intense au mois de mai ?

Le mouvement social s’organise …

Décrochages scolaires

Suite au mouvement des Gilets jaunes à peine éteint, qu’adviendra-t-il de tous ceux qui arrivaient à s’en sortir avant le confinement : cafés, restaurants, petit commerces, lieux culturels, artisans, artistes, … ?


Nouveaux mouvements sociaux en perspective ?

Résultats

Loading ... Loading ...

Perle des Fake News

Étiquettes : , , A la UNE, COVID-19
featured image

La perle des Fake News !!!

Petit rappel : Bill Gates co-fondateur de Microsoft (cinquième lettre des GAFAM), l’une des plus grosses fortunes du monde avec Jeff Bezos (fondateur d’Amazon) est également visionnaire et philanthrope. Il crée, avec son épouse Melinda une fondation afin de mener différentes actions sanitaires dans le monde. Il participe par exemple à l’éradication de la polio en 2007-2008. Pour son côté visionnaire, il prévient en 2005 que le monde ferait mieux d’investir dans des mesures de lutte contre un virus pandémique que dans l’armement nucléaire et militaire. Il est applaudit puis oublié …

La Fake News la plus répandue, donc relayée des millions de fois sur les réseaux sociaux accuse Bill Gates d’avoir créé le coronavirus afin de pouvoir fabriquer et vendre les vaccins !

Cette Fake News suppose ainsi qu’un lanceur d’alerte dois figurer en tête de liste en cas d’incendie. En admettant que nous ayons affaire à un pyromane, encore faut-il un mobile. Or, en l’occurrence, il va de soi qu’il aurait sérieusement besoin d’argent 🙂

Bill Gates, cible numéro 1 des fake news sur le coronavirus ?

Comment éviter les Fake News sur le Covid-19 ?